Magazines

Newsletter

Les péripéties d'Annie

 

Edito d'Annie Bocquet

" A l’aube de grands bouleversements, l’homme, en toute confiance, adhère et suit ce qui lui paraît le plus approprié, il fait corps avec son berger. Le chef de clan conduit son troupeau dans les verts pâturages, le doute n’effleure jamais ceux qui suivent le « commandant du navire ». Une confiance aveugle s’installe, presque légitime. Après tout, si le siège est occupé, c’est que les compétences sont réelles, fondées. L’instinct s’adresse à chacun d’entre nous, les animaux n’en sont pas dépourvus, bien au contraire. Nous savons qu’une pensée, qu’un ressenti est l’aboutissement d’un cheminement personnel, influencé ou non par des conditions extérieures. Lorsqu’une horloge indique l’heure, pourquoi mettre en doute sa notion du temps ? Hormis l’évidence flagrante d’un dysfonctionnement. Lorsque nous déléguons à une autorité tout pouvoir sur notre réflexion, notre jugement peut être faussé. Notre confiance illimitée peut s’avérer fatale. Il n’est pas rare de voir des animaux livrés à la mort, malgré leur instinct, après avoir suivi le chef d’escadrille. Le discernement de l’homme, davantage en périodes de grandes peurs et de remises en question, est similaire à une brebis égarée, forcément le loup n’est pas loin ! Il est alors inutile de se ressasser l’épisode de la petite maison dans la prairie, ou encore l’histoire des trois petits cochons. Les verts pâturages se sont envolés et les petits cochons ont bien du mal à ne pas se faire croquer. Un combat ne se prend pas, il se gagne, il délivre le message suivant : Dressez-vous sans relâche et n’abandonnez jamais ! "

Edito d'Annie Bocquet - Le Paris London n° 7 - novembre 2010

 

Revenir au sommaire du magazine


nick le juge

 

Votre publicité