Magazines

Newsletter

Les péripéties d'Annie

 

Mieux Vivre par Annie Bocquet

Naissance

" A peine éclose et déjà figée. Abandonnée sur le bord du chemin, happée dans le tourbillon d’un épais brouillard, se heurtaient à mes sens suspendus d’infinies gouttelettes qui tombaient une à une sur ma robe soyeuse pour mourir à même le sol. J’avais mis tant d’ardeur à parfaire le velours de ma voix, à corriger la courbure de ma ligne, à couper une à une les épines dont m’avaient dotées la nature pour paraître à vos yeux plus lisse et plus humble qu’un nouveau né que je ne comprenais plus à quelle espèce j’appartenais. La valse des mots ne s’était pas éteinte, insoutenable, irréelle. Mon plus grand défaut fut de croire en vous, en votre capacité à rallumer la flamme. Aujourd’hui aux quatre coins du monde, je pense à vous, sur un navire de croisière je vous imagine aux commandes, dans un avion je vous sens pilote, sur une île déserte j’aimerai ne plus penser. Vous étiez le symbole d’une époque révolue, d’un devoir jamais accompli. En créant l’illusion, vous avez créé le chaos. Mais dans cette théorie on repense à l’essence même de ce que fut la vie, on recommence de zéro. Sous les frimas de l’hiver, j’ai attendu votre retour en vain, dans la neige et le froid. Vous n’étiez pas là pour soutenir ma main quand tremblante de fièvre je murmurai dans un souffle votre nom. La vie s’est ôtée de mon corps pour renaître à nouveau sous une autre forme. Dans les légendes, les chats ont sept vies, peut-être m’en reste-t-il une ? Comme j’aimerai revenir cher père afin de vous choyer encore un peu. "

 

Revenir au sommaire du magazine


nick le juge

 

Votre publicité