Magazines

Newsletter

Les péripéties d'Annie

 

Catch

" Beaucoup autrefois s’accordaient à dire que la lutte était un luxe qui n’appartenait qu’aux couches dites « populaires ». Le catch semblait être le parent pauvre de la boxe qui rassemblait, quant à lui, nombre de célébrités autour du ring. Edith Piaf venue encourager Marcel Cerdan ou encore Mohamed Ali, légende vivante. Malgré l’énorme fossé entre les deux disciplines et qui ne semblait pas rassembler les mêmes horizons, le catch entra à l’intérieur des foyers grâce au petit écran et devint prisé. Beaucoup se souviennent de l’Ange Blanc, le mystérieux catcheur masqué, redoutable et intransigeant sur le ring, véritable fantasme social, c’est un héros, il est là pour rendre la justice, ou de Roger Delaporte, incroyable adversaire, le terrible bourreau de Béthune. L’engouement dura longtemps. En Amérique, le catch tient une place énorme, la population en raffole, lessalles sont « surchauffées ». C’est un sport retransmis sur des chaines de télévision et même si cela reste un spectacle avec des prises plus ou moins chorégraphiées, l’engouement demeure intact et nombre de catcheurs participent à des films sur grand écran. Quand est-il du catch en France ? L‘enthousiasme semble gagner du terrain, les séances dédicaces en fin de programme nous indiquent que le débat n’est pas clos et que la discipline prend de l’ampleur. Les corps des athlètes frôlent la perfection, « pour laisser croire qu’il reste encore un peu de travail !». Les filles ne sont pas en reste et insufflent même au genre un regain d’énergie et de modernisation. Au détour des interviews, je remarquais tout de même que les catcheurs plus « enrobés » bénéficiaient d’un taux de sympathie non négligeable et que les caméras de télévision et le cinéma leur faisaient les yeux doux. Le tour était joué ! Certains ont tout compris, exploiter au mieux le potentiel de chacun dans des intérêts communs ! Que le meilleur gagne ! Ils ont fait le déplacement dans les locaux du Paris London et répondent en exclusivité aux questions à l’intention des lecteurs, ils se nomment Flesh Gordon et Jimmy Gavroche. (...) "

 

Revenir au sommaire du magazine


nick le juge

 

Votre publicité