Magazines

Newsletter

Les péripéties d'Annie

 

Mieux vivre par Annie Bocquet

Amour vague !

" Etrange version de votre dépendance à mon amour, vous glissiez sur mes mots et ma douleur comme un surfeur sur la vague. Vous rêviez d’une vie qui vous ressemble, lisse et sans saveur. Mes cris du coeur n’avaient jamais effleuré votre intimité, ô combien protégée. Mais de quelle promiscuité parliez-vous ? Ne serait-ce pas de cette intimité inféconde et bornée, d’une pâleur extrême, qui ne laisse place à aucune spontanéité, où tout est calculé et bien « propre. » En tout état de cause, vous étiez la copie parfaite de cette personne qui veut tout mais ne donne rien, avare de sentiments mais pas de préjugés, généreux en verbe mais pas en action, près de ses deniers. Vous étiez ce genre de personnages qui laisse toujours sa valise au bord d’une route quelque part, qui rêve sa vie en préférant réécrire celle des autres. Qui attend que le train passe sans jamais le prendre en se répétant sans cesse « j’ai encore des choses à terminer avant de changer de route. » ? Votre malheur, c’était cette incapacité à accepter vos défauts qui, à vos yeux, n’en étaient pas. Etrange symptôme que cette liaison aux allures discordantes, qui ne semblait satisfaire que votre égo. A la recherche de l’amour perdu, vous n’auriez su conserver celui-ci, pris sous des monceaux d’hypocrisie, incapable de comprendre un attachement véritable et sincère. Chimérique et usé, votre amour n’était que le pâle reflet de votre vie. Faites-moi mentir et pour une fois, prenez votre train sans oublier votre valise. "

 

Revenir au sommaire du magazine


nick le juge

 

Votre publicité