Magazines

Newsletter

Les péripéties d'Annie

 

Abus psychiatriques

" L’abus, c’est l’aboutissement d’une pratique rarement controversée et sanctionnée. Inutile de chercher les causes d’un tel comportement, l’origine demeure le laxisme ou la crainte de dénoncer des dérives. Si vous abusez de quelque chose ou de quelqu’un mais que cela semble presque naturel,comment définir la limite ? Les abus et manipulations existent de toutes parts, au niveau de l’Etat, lorsque l’on abuse de sa position ou de son nom, de la police, avec des interpellations improbables, des sectes par trop sectaires, de la gendarmerie et des gardes à vues « sommaires », d’un personnel hospitalier douteux, d’un gourou zélé, d’un prêtre qui commet un acte irréparable, etc.. Personne n’échappe à la liste ! Mais doit-on condamner le troupeau sous prétexte qu’une brebis est galeuse ? Sûrement non, il faut savoir faire preuve de discernement, sans cette approche il demeure impossible d’appréhender objectivement une situation. Autrefois était enfermé en asile psychiatrique un libertin qualifié de fou ou encore un fils prodigue, les hôpitaux généraux de France étaient à l’époque de Louis XIV de sinistres mouroirs. Des abus de toutes sortes naissaient, les troubles psychiques mal définis. Ne devait-on pas faire avancer la science ? Parfois au détriment de toute humanité ! Les traitements sensés améliorer le psychisme, infligés aux malades étaient dépourvus de sens, abominables. Camille Claudel, l’oubliée, illustre sculpteur, à laquelle Le Paris London avait consacré son numéro de mars 2011 est le parfait exemple de ce système « hygiéniste » qui consistait à enfermer les personnes par trop encombrantes, l’alcool aidant et faisant son oeuvre, il était évident que les troubles de la personnalité ne pouvaient que croître et les enfoncer davantage. Incapable de vivre décemment et envahi par une angoisse incontrôlable, la folie avait gagné du terrain. Mais Camille Claudel était-elle folle au sens propre du terme ? Certes non ! Et l’histoire en témoigne. (...) "

 

Revenir au sommaire du magazine


nick le juge

 

Votre publicité